Aller le contenu

En route vers le minimalisme : juin

minimalisme minsgame 100 objets en moins En juin, j’ai participé au défi #100objetsenmoins initié par Simplement Emm. Cela m’a permis de m’occuper en quelques jours de tout ce que la procrastination m’avait fait remettre au lendemain depuis plusieurs mois. Participer à ce défi m’a fait prendre conscience de plusieurs choses :

1. L’être humain Je suis profondément fainéante. Il y a des choses que je gardais alors que j’aurais pu m’en débarrasser le temps d’un claquement de doigts (exemple : vider le produit à lentilles périmé depuis six mois).

2. Participer à ce genre de défi est un véritable moteur. Si vous manquez d’un peu de motivation, n’hésitez pas. L’équivalent plus connu de #100objetsenmoins s’appelle le #minsgame. Et ce n’est pas un hasard, cela devient presque amusant d’entrer dans une pièce pour dénicher les objets inutiles, cassés ou moches qui s’y cachent.

3. Les freebies sont une plaie. Trousses, boîtes, pochettes… On les entrepose “au cas où”, mais ils ne nous servent à rien. Et puis, pas étonnant qu’ils soient gratuits, vu la matière dont ils sont faits ! (Vous avez dit plastique ?) Cela veut aussi dire que le plus dur dans la méthode des 5R de Béa Johnson, c’est bien de refuser ! On nous refourgue avec assurance des babioles en pensant nous faire plaisir parce que c’est gratuit.

4. Le “au cas où” est synonyme de “jamais”. Il faut qu’on se le dise une bonne fois pour toutes. Voilà. Ça va mieux, non ?

J’ai réussi à tout donner sauf ça :

minimalism minsgame 100 objets en moins

Je ne suis pas sûre du meilleur moyen de me débarrasser de certains objets, comme le thermomètre.

J’aurais déjà pu m’en occuper mais… j’avais la flemme.

4 commentaires

  1. C’est une bonne idée ces petits défis chiffrés pour se remettre en selle! J’ai remarqué qu’avec le temps, j’ai tendance à laisser du bazar revenir, petit à petit, et il n’y a pas vraiment de raisons d’impulser un rangement dans le quotidien (à part un déménagement…)

    Au fait je viens de découvrir ton blog, et je voulais laisser un petit mot parce que moi aussi, j’ai commencé à réfléchir à la société de consommation, ma façon de consommer, les emballages etc. pendant mon année d’études au Japon! Entre les emballages dans les emballages, le plastique partout, les mouchoirs distribués dans la rue, et de nouvelles raisons tous les jour d’acheter des choses, je suis revenue en France avec un besoin de purger mes possessions et changer mes habitudes! Voilà nous ne sommes peut-être pas les seules mais j’ai trouvé rigolo de tomber sur quelqu’un qui avait eu les mêmes origines de réflexion que moi :)

    • Ahaha, je suis également surprise ! Mais cela me fait plaisir d’avoir ton retour, dans le sens où, je me suis souvent demandé si le problème ne venait pas de moi, si je ne manquais pas de tolérance à l’égard de la société de consommation japonaise (de retour en France, je me suis rendue compte que l’on était exposés au même problème, mais je pense qu’un an d’expatriation a un peu exacerbé mes sentiments !).

      Merci de ton retour, je vais de ce pas faire un tour sur ton blog !

  2. hello!
    un jour, on a voulu me donner un échantillon (ou un cadeau, je ne sais plus, vu que je refuse tout le temps) gratuit et j’ai refusé. Et la nana m’a dit “mais c’est gratuit, on vous le donne” limite en s’énervant. Je ne suis pas rentrée dans les détails avec cette personne, c’était perdu d’avance.
    une autre fois il y avait une offre 2 articles achetés, le 3ème à moitié prix. Oui mais quand tu en as pas besoin , ça sert à rien de se rabattre sur quelque chose qui ne t’intéresse pas. Et la vendeuse m’a fait tout un spitch comme quoi ça me coûtait moins cher, et j’avais beau lui montrer par A+B que ça me faisait dépenser + d’argent, elle ne me croyait pas et je pense surtout qu’elle ne me comprenait pas.
    en tout cas, merci pour cette article qui me fait découvrir le #minsgame ça me donne envie de participer même si j’ai déjà fait énormément de tri et qu’il n’y a plus grand chose chez moi.

    • Coucou !
      C’est impressionnant, en effet ! J’ai rarement l’occasion de refuser des échantillons et quand cela m’arrive, je fais face à la même incompréhension. L’autre jour, j’en ai accepté deux, l’un se recyclera et je réutiliserai probablement l’autre. C’est mieux que rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *